Fraudes aux valeurs d’émission: l’ATE demande des tests en conditions réelles

Le groupe automobile VW a admis avoir manipulé les tests antipollution et minimisé ainsi les niveaux effectifs de pollution. Mais il ne s’agit là que de la pointe de l’iceberg. L’ATE sait depuis des années qu’il existe des écarts entre les valeurs officielles publiées par les constructeurs et les émissions en conditions réelles sur route. L’association milite en faveur de procédures d’homologation plus strictes et demande que l’on procède ultérieurement à des vérifications sur le terrain, dans l’intérêt des consommateurs-trices, de la qualité de l’air et de la protection du climat.

Manipulé les taux de polluants durant les tests d’homologation

Le groupe VW a admis avoir systématiquement manipulé les taux de polluants durant les tests d’homologation, dans un premier temps aux Etats-Unis, au moyen d’un logiciel intégré. Cette fraude concerne 11 millions de véhicules diesel VW à travers le monde. Les valeurs d’émission des gaz d’échappement de ces véhicules sont jusqu’à 25 fois supérieures dans la réalité, c’est-à-dire en conditions réelles sur route.
--> La chronologie du scandale des moteurs diesels truqués

La pointe de l’iceberg

VW n’est probablement que la pointe de l’iceberg: alors qu’il a été prouvé que le constructeur avait utilisé des outils illégaux pour manipuler les valeurs d’émission, d’autres véhicules des marques Opel, Renault, Mercedes et BMW présentent des taux d’oxydes d’azote très supérieurs à la normale en conditions réelles sur route. Les véhicules diesels rejettent en moyenne sept fois plus d’oxydes d’azote que les valeurs limites légales actuelles. Différents bancs d’essai montrent en outre que des véhicules neufs ne sont souvent pas conformes aux données des constructeurs en ce qui concerne la consommation et les émissions de CO2. Le taux de CO2 rejeté est en moyenne presque 40% supérieur aux valeurs annoncées officiellement.
--> Les écarts entre les valeurs limites légales et les taux de polluants effectifs

Oxydes d’azote sont des polluants atmosphériques dangereux

Les oxydes d’azote sont des polluants atmosphériques dangereux, qui provoquent des maladies et nuisent à l’environnement. Dans de nombreuses régions de Suisse, le degré de pollution constamment élevé résulte avant tout de la proportion importante des véhicules diesel en circulation et des fortes émissions d’oxydes d’azote.
--> Les effets des oxydes d’azote sur la santé

Les exigences de l’ATE

L’ATE demande en outre que les valeurs limites de polluants ainsi que les données relatives aux émissions de CO2 nuisibles au climat soient respectés sur la durée et dans tous les états de conduite, et que des vérifications ultérieures appropriées aient lieu sur le terrain.
--> Les exigences de l’ATE