Communiqués

Berne | 21.02.2017

Les véhicules diesel restent dangereusement polluants

L'inaction du Conseil fédéral menace la santé et l'environnement

Auspuff

L'ATE Association transports et environnement demande instamment au Conseil fédéral de se décider à empoigner le problème de l'importation de voitures diesel polluantes. Alors qu'il dispose de tous les instruments juridiques nécessaires, le Conseil fédéral minimise le problème des émissions excessives d'oxydes d'azote. L'ATE considère que l'inaction du Conseil fédéral est incompréhensible.

Dans sa réponse à une interpellation de Karl Vogler (PCS/OW), le Conseil fédéral a reconnu qu'il pourrait stopper la vente des voitures diesel polluantes «s'il s'avère que les modèles en question menacent gravement l'environnement ou la santé». Il a déclaré en substance que ces conditions n'étaient pas remplies, puisqu'en Suisse un tel constat n'avait pas eu lieu.

Le Conseil fédéral désavoue ainsi son propre laboratoire d'essai des matériaux. En effet, l'Empa, le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux, a récemment démontré que la Renault Mégane émet 17 fois plus d'oxydes d'azote que la norme admise. Un tel dépassement met en danger l'environnement et la santé de la population.

Or on sait depuis longtemps que la plupart des voitures diesel vendues en Suisse dépassent très largement la limite admise. Le Conseil fédéral a cependant toujours prétendu que la Suisse ne pouvait rien entreprendre contre l'importation de voitures diesel polluantes en raison des accords bilatéraux. Ceci est d'autant plus surprenant, étant donné qu'en automne 2015 - suite à la découverte des escroqueries de Volkswagen - la Confédération avait stoppé les importations des voitures concernées.

Dans une récente diffusion de «Rundschau», l'émission d'actualités de la télévision suisse alémanique, portant sur le scandale diesel, Markus Kern, spécialiste du droit européen à Fribourg, a démontré que la Suisse pouvait sans problème stopper l'importation des voitures diesel polluantes. Le Conseil fédéral a maintenant admis dans sa réponse à l'interpellation Vogler qu'il pouvait agir contre l'importation de véhicules diesel polluants.

Pour l'ATE, il est évident qu'une voiture qui dépasse gravement la limite admise de pollution est défectueuse et qu'elle ne doit pas être mise en circulation. Le Conseil fédéral ne doit pas tolérer la mise en danger de la santé et de l'environnement et doit immédiatement stopper l'importation des voitures diesel polluantes.

Plus d'informations

Caroline Beglinger, co-directrice de l'ATE, tél. 079 310 11 86
Martin Winder, responsable des campagnes ATE Suisse, tél. 031 328 58 63