Communiqués

Berne | 09.03.2017

Magazine ATE 1/2017

Dépenser moins d'énergie grise

VCS Magazin 1/17 F

La fabrication d'un vélo, d'une voiture ou d'une moto consomme énormément d'énergie – la fameuse énergie grise. C'est pourquoi il est important de «maintenir en vie» un véhicule le plus longtemps possible. Notre devise est: partager et réparer plutôt que de jeter à la poubelle.

Le vélo et l'aspirateur sont quelques-uns des objets de notre quotidien – on oublie souvent que leur fabrication a consommé beaucoup d'énergie. Ainsi, la production d'un seul vélo consomme 542 kWh. A titre de comparaison, une ampoule de 60 W doit être allumée pendant 16,6 heures pour consommer un kilowattheure en électricité. Et si l'on voulait fournir nous-mêmes la quantité d'énergie nécessaire à la production d'un vélo, il nous faudrait pédaler pendant 226 jours sur un vélo relié à un générateur électrique, pour autant que l'on parvienne effectivement à développer un kilowattheure en 1o heures. Et pour produire l'équivalent d'énergie nécessaire à la construction d'une voiture, il nous faudrait pédaler pendant 19,5 ans. Dans le dernier numéro du Magazine ATE, un graphique illustre la quantité d'énergie grise que représente la production d'un vélo, d'une voiture, d'un aspirateur et d'un smartphone. Les véhicules des transports publics dans lesquels nous nous déplaçons chaque jour ont évidemment eux aussi consommé de l'énergie grise lors de leur fabrication. Trois entreprises suisses nous ont permis de nous faire un bon aperçu de la réalité dans ce domaine. Ainsi Stadler Rail nous a révélé que les nouvelles rames Giruno qui circuleront sur l'axe nord-sud à partir de décembre 2019 sont constituées de plusieurs centaines de millions d'éléments.

Renoncer plutôt que de faire fabriquer

Il est relativement facile de réduire l'énergie grise: renoncer à remplacer un appareil tant que celui-ci fonctionne – aussi lorsque de nouveaux modèles consommant moins d'énergie ont fait leur sortie sur le marché. Et quand le moment sera venu d'en acheter un nouveau, il conviendra de se fier à l'étiquette énergie et de choisir un modèle facilement réparable.

Des arguments clairs

Outre ce dossier, le Magazine ATE se consacre à des sujets plus politiques. On y trouve des articles sur l'écorating, sur les bus longue distance, ainsi qu'une interview de Stefan Giger du Syndicat suisse des services publics à propos des accords commerciaux TTIP, TiSA et CETA. L'ATE Association transports et environnement a des arguments clairs pour s'opposer à ces accords.

Le Magazine ATE paraît cinq fois par année et est envoyé à tous les membres de l'ATE. Il traite de sujets liés à la politique des transports et à la mobilité durable et propose des idées de voyages respectueux de l'environnement.

Pour en savoir plus: www.ate.ch/magazine

Plus d'informations

Dominique Eva Rast, Responsable du Magazine ATE, tél. 031 328 58 40