Communiqués

Berne | 04.05.2017

L’OFT autorise une phase de test pour des bus longue distance en Suisse

Les bus longue distance nuisent à l’environnement et aux investissements publics

Wiese

L’ATE Association transports et environnement juge irresponsable l’autorisation délivrée par l’OFT de tester les bus longue distance. Cela sape les investissements publics sur les tronçons de chemin de fer les moins rentables et nuit à l’environnement.

L’Office fédéral des transports (OFT) a confirmé que, comme annoncé dans un article du quotidien « Blick », l’exploitant privé de bus longue distance « Domo Reisen » effectuerait des courses d’essai dès mi-juin déjà. Plutôt que de favoriser des offres à prix cassé en bus longue distance, l’OFT devrait veiller à ce que le coût des billets des transports publics cesse d’augmenter et à ce que l’offre de billets dégriffés soit aussi large et intéressante que possible.

Mauvais pour l’environnement

A utilisation comparable en Suisse, les bus longue distance émettent jusqu’à dix fois plus de CO2 que le chemin de fer. « Si nous soutenons le train en Suisse, c’est justement parce qu’il respecte l’environnement. Il est d’ailleurs le moyen de transport en commun le plus écologique. Mettre des transports publics en parallèle et créer des doublons cause forcément davantage de pollution qu’un seul système », relève Evi Allemann, présidente de l’ATE.

Gaspillage d’argent public

Avec cette décision, les autorités fédérales se tirent une balle dans le pied. Comme le montrent les parcours-tests prévus « Genève – St-Gall », « Bâle – Zurich », « Bâle – Lugano» et « Sion – Coire », les bus longue distance emprunteront des tronçons où le chemin de fer est rentable.

Si l’on autorise l’exploitation commerciale de bus longue distance, ceux-ci ne circuleront que là où ils font des bénéfices. C’est-à-dire précisément sur les lignes où les CFF gagnent de l’argent et peuvent ainsi financer les tronçons non rentables dans les régions rurales.

Les contribuables devront compenser les recettes qui échapperont aux CFF sur leurs lignes phares. Voilà qui ne respecte pas les citoyennes et citoyens. Difficile de comprendre pourquoi les passagères et passagers des bus pourront même rouler gratuitement dans le cadre de ce test. La gratuité suscitera évidemment une forte demande. La mobilité à prix zéro est une approche fondamentalement erronée.

Plus d'informations

Lisa Mazzone, membre du comité central de l’ATE, tél. 077 404 16 08